Parce que, quand je regarde cette photo, je me dis que notre monde est si beau, si pur, si tranquille...

Parce que, quand je regarde cette photo, j´ai simplement envie de m´y perdre.

Parce que, quand je regarde cette photo, j´ai juste envie d´oublier toutes ces atrocités, de fermer les yeux et de me dire que tout ça n´est qu´un cauchemar. Nice, Paris, Orlando, Bruxelles, Baghdâd, Istanbul, et tous les autres pays, villes, villages... tous ces innocents... ça n´est pas possible, c´est un mauvais rêve, n´est-ce pas?

Non, ça ne l´est pas.

Et je me demande pourquoi, toi, terroriste, forcené, pourquoi ne t’as-t-on pas montré cette photo? Pourquoi étais-tu si désespéré de quitter ce monde et d’emmener avec toi toute une ribambelle d’innocents qui n’ont rien fait, qui n’ont rien demandé? Tous ces innocents qui, eux, avaient vu cette photo, cette photo, et toutes les autres...

Pourquoi as-tu préféré dévier ton regard et appuyer sur l´accélérateur, sur le détonateur, sur la gâchette ? Pourquoi ne leur-as-tu pas même pas laissé une chance ?

Je regarde le ciel et les étoiles ce soir, en espérant de tout mon cœur, que les photos, vues de là-haut, sont encore plus belles, plus brillantes et plus colorées. Et je prie pour que toi, terroriste, forcené, tu ais les yeux bandés, pour que tu sois dans l´obscurité que tu mérites, pour l´éternité.

 

Photo: Dominique Arnaud (http://monpetitjournaldicietdailleurs.over-blog.com/)